Les phoques de la baie d’Authie

le

Coucou,

Grands moments pour moi, de ceux qui restent gravés en mémoire de part l’émotion et le plaisir qu’ils apportent : ils sont là et bien là, une centaine de phoques se prélassant sur les bancs de sable de la baie d’Authie à marée basse, répartis certains en groupe resserré, d’autres plus éparpillés mais toujours pas bien loin d’un congénère.

La Baie d’Authie (qui tire son nom du fleuve Authie, situé entre le Pas de Calais et la Somme), est un vaste marécage marin, totalement recouvert à marée haute. Elle est d’une grande richesse en faune et flore.

On trouve ainsi une grande colonie de phoques veaux marins, et de phoques gris qui se sont sédentarisés dans la Baie. Presque disparus des côtés du Nord dans les années 70 à cause de la chasse, ils sont progressivement réapparus dans les années 80, grâce à l’interdiction de leur chasse en mer du Nord, et leur population a progressivement augmenté, preuve que le milieu leur est favorable (plage sableuse, poissons abondants et présence de bancs de sable à marée basse permettant de se reposer/se réchauffer tout en pouvant se mettre à l’eau au moindre danger).

C’est donc là que nous sommes allés à leur rencontre. Une vingtaine de minutes de marche côtières à partir de Berck Sur Mer nous y a menée. Nous y sommes allés deux fois, la première à marée basse en fin d’après midi, où nous avons eu le privilège de les voir en nombre, se reposer, communiquer, nous observer, se déplacer, plonger, nager puis revenir se réchauffer au sec, etc.

Nous y sommes retournés le lendemain à marée haute. Un paysage totalement différent nous attendait, la mer avait repris l’espace. Cette fois, nous avons eu la chance de voir quelques phoques nager. Il fallait être plus patient, scruter l’horizon aux jumelles, les mouvements de l’eau pour apercevoir une tête en mouvement. Une expérience différente mais tout aussi émouvante.

Je trouve précieux ces moments de rencontre avec la vie sauvage libre, comme si elle faisait echo à notre authenticité, notre nature libre et à notre lien profond avec tout le vivant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *